Ruptures et mutations du “m/oi” dans Le Corps lesbien de Monique Wittig

  • Claudia Senabre Díaz Universitat de València
Mots-clés: féminisme, genre, lesbienne, identité, corps

Résumé

L’œuvre théorique et littéraire de Monique Wittig se caractérise par une remise en question de l’identité comme espace d’action politique. En faisant la critique du féminisme essentialiste, Wittig attaque ouvertement LA-FEMME en tant que sujet politique du féminisme, afin de dénoncer l’impossibilité de libérer les femmes des oppressions patriarcales à l’intérieur du système binaire de l’hétérosexualité. Ainsi, elle soutient que les lesbiennes ne sont pas des femmes. Dans son troisième roman, Le Corps lesbien, l’auteur va déconstruire la corporalité et subjectivité féminine d’un moi multiple. À partir d’un j/e divisé par une barre oblique, Wittig réactualise sa propre notion de sujet, d’individu, du moi et de l’autre.

Publiée
2021-06-11
Comment citer
Senabre Díaz, C. « Ruptures Et Mutations Du “m/Oi” Dans Le Corps Lesbien De Monique Wittig ». Savoirs En Prisme, nᵒ 13, juin 2021, p. 105-20, doi:10.34929/sep.vi13.222.