Pedro Almodóvar : au commencement était la Movida

  • Nancy Berthier CRIMIC Université Paris Sorbonne Paris IV
Mots-clés: Pedro Almodóvar, Movida, Post-franquisme

Résumé

Pour le grand public, la filmographie d'Almodóvar est restée associée à la série de films postérieurs à Femmes au bord de la crise de nerfs, c’est-à-dire à une esthétique de la maturité (il avait presque 40 ans au moment de sa sortie), dont l’hommage qui lui a été rendu à la Cinémathèque Française entre mai et juillet 2006 rendait bien compte. Le cinéaste s’identifie désormais à un style qui renvoie lui-même à une image de l’Espagne moderne, pleinement intégrée à l’Europe. Cependant, on ne peut comprendre l’Almodóvar d’aujourd’hui si on ne comprend pas l’Almodóvar d’hier. Son style, qui de nos jours semble si intemporel qu’il est capable de toucher un public international, bien au-delà des Pyrénées, est le résultat d’une histoire personnelle indissociable d’une histoire collective, ancrée dans un contexte tout à fait spécifique. Dans le cadre de cet article, nous reviendrons sur cette dernière et rendrons compte de la genèse du cinéma almodovarien en mettant en évidence les liens qui l’unissent à l’histoire de son pays, en particulier dans le contexte de la Movida. En effet, la Movida ne peut être comprise sans Pedro Almodóvar et le cinéma de Pedro Almodóvar ne peut s’expliquer sans la Movida. Après un bref rappel de ce qu’a signifié la Movida dans l’histoire de l’Espagne, nous nous attacherons à définir la manière dont l’œuvre du cinéaste de la Mancha y est intimement rattachée.

 

Références

AAVV, ¡Almodovar. Exhibition!, Paris, Panama, 2006.
Almodóvar, Pedro, Patty Diphusa y otros textos, Madrid, Anagrama, 1991.
Bakhtine, Mikhaïl, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, Paris, Gallimard, 1970. Coll. « Tel ».
Berthier, Nancy, « Crítica cinematográfica y nacionalidad », Cine, nación y nationalidades en Espagne (Dir., Nancy Berthier, Jean-Claude Seguin), Madrid, Casa de Velázquez, 2007, p. 11-24.
Bessière, Bernard, La culture espagnole. Les mutations de l’après-franquisme (1975-1992), Paris, L’Harmattan, 1992.
Brémard, Bénédicte, « Le cinéma de Pedro Almodovar : tissages et métissages », Lille, ANRT, 2003.
Cervera, Rafa, Alaska y otras historias de la Movida, Barcelone, Plaza y Janés, 2003.
Feenstra, Pietsie, « Penser la notion d’auteur », Penser le cinéma espagnol. 1975-2000 (dir. Nancy Berthier), Lyon, Grimh, 2001.
Gallero, José Luis, Sólo se vive una vez. Esplendor y ruina de la movida madrileña, Ardora, 1991.
Imbert, Gérard, « Mythologies nocturnes : la ville comme parcours (le Madrid de la « movida »), Hispanística XX, n° 3, 1996, p. 307-318.
Lenquette, Anne, Nouveaux discours narratifs dans l’Espagne postfranquiste 1975-1995, Paris, L’Harmattan, 1999.
_____________, « La Movida au cinéma ou la sublimation du quotidien », Les Cahiers de la Cinémathèque, Perpignan, n° 77, avril 2005, p. 81-83.
Seguin, Jean-Claude, Almodóvar. Filmer pour vivre, Paris, Ophrys, 2010.
Strauss, Frédéric, Conversations avec Pedro Almodóvar, Paris, Cahiers du cinéma, 2004.
_____________, « 20 cinéastes pour 2001 : Pedro Almodóvar », Cahiers du Cinéma, spécial 40e anniversaire n° 443-444, mai 1991.
Umbral, Francisco, Diccionario Cheli, Barcelone, Grijalbo, 1983.
Vidal, Nuria, El cine de Pedro Almodóvar, Barcelone, Destino, 1988.
Publiée
2012-09-01
Comment citer
Berthier, N. « Pedro Almodóvar : Au Commencement était La Movida ». Savoirs En Prisme, nᵒ 01, septembre 2012, p. 79-90, doi:10.34929/sep.vi01.28.
Rubrique
Articles