L' île de la Première Solitude de Góngora : une poétique du renouveau

  • Florence Dumora CIRLEP Université de Reims Champagne-Ardenne
Mots-clés: Luis de Góngora y Argote (1561-1627) -- Critique et interprétation, Luis de Góngora y Argote (1561-1627) -- Première Solitude, Altérité, Poétique insulaire

Résumé

Ce poème narratif de 1091 vers, qui engage le poète en tant que simple narrateur d'un récit presque autonome, adopte dans sa majeure partie le point de vue d'un personnage, dénommé « pèlerin », qui est pour ainsi dire réduit au rôle de regard. Sa situation dramatique combine les éléments suivants : un échec sentimental qui l'a poussé à entreprendre un voyage maritime (fuite) interrompu violemment par un naufrage lors d'une tempête ; cet accident le fait échouer sur une île, terre inconnue, qui associe salut, découverte et rencontre mais aussi souvenir (avec une double dimension spatio-temporelle : temps passé et espace ancien, abandonné). L'esprit du lecteur sera occupé par une question, entre autres : quel lien unit « solitude », titre et porte d'entrée du texte (pour reprendre l'idée de seuil chez Genette), et « île », le lieu de la fiction où nous fait arriver et entrer, conjointement avec le personnage, ce titre ? Nous verrons que l’histoire de la rencontre entre cet être pèlerin et autrui se comprend comme désir d’un certain type de relation à l’autre ; de cette manière l’île, en tant que configuration géographique spécifique, exprime une aspiration, un rêve de l’autre. Par ailleurs l’écriture n’exploite pas l’île seulement comme thème topographique (lieu de l’action), mais elle en prend la marque, avec une conception du traitement des mots qui tend à les isoler, dans la syntaxe, dans la lecture. La langue poétique, au-delà de l’esthétique, propose un autre système de communication, incite à envisager autrement les mots, leur rapport aux choses, et le monde. Le lecteur fournit un travail de réception complexe où le visuel et l’intellectuel concourent à l’établissement du sens, et plus justement, où l’effort intellectuel concourt à une vision graduelle, autant optique qu’intellective abstraite, qui lui fait suivre un authentique processus de découverte.

Références

Textes sources
Góngora, Luis de, Soledades (1613), éd. de J. Beverley, Madrid, Cátedra, 1998.
Góngora, Luis de, Soledades, R. Jammes (édition), Madrid, Castalia, 1994.
Saint-Amant, Solitude in Anthologie de la poésie française du XVIIe siècle, éd. de J.-P. Chauveau, Paris, Poésie/Gallimard, 1987, p. 218-220.
Odyssée, traduction de Philippe Jaccottet, Paris, Librairie François Maspero, 1982.
Études
Alonso, Dámaso, Estudios y ensayos gongorinos, in Obras completas, Madrid, Gredos, 1978, vol. V-VII.
Beverley, John, Aspects of Gongora’s « Soledades », Purdue University Monographs, in Romance Languages, 1980, vol. 1.
Eliade, Mircea, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, 1963. « Idées, NRF ».
Foucault, Michel, Histoire de la folie, Paris, Gallimard, 1972.
Garelli, Jacques, L’écoute et le regard, in L’entrée en démesure, Paris, José Corti, 1995.
Genette, Gérard, Figures II, « Frontières du récit », Paris, Éditions du Seuil, 1969, « Tel Quel », p. 62-65.
Hart, Thomas R., « The pilgrim’s role in the first Solitude », Modern language notes, March 1977, Vol. 92, n° 2, Hispanic Issue, p. 213-226.
Hamon, Philippe et alii, Poétique du récit, « Statut sémiologique du personnage », Paris, Éditions du Seuil, « Points », 1977.
Jammes, Robert, La obra poética de Góngora, Madrid, Castalia, 1987.
_____________, “Historia y creación poética. Góngora y el descubrimiento de América”, in Hommage à Claude Dumas. Histoire et création, textes recueillis par Jacqueline Covo, Lillen, Presses Universitaires de Lille, 1990, p. 53-66.
Roses Lozano, Joaquín, Una poesía de la oscuridad, La recepción crítica de las Soledades en el siglo XVII, London, Madrid, Tamesis, 1994.
Molho, Maurice, Sémantique et poétique. Á propos des « Solitudes » de Góngora, Bordeaux, Ducros, 1969.
_____________, Sistemática del verbo español, Madrid, Gredos, 3 volumes, I, 1975.
Nietzsche, Friedrich, La naissance de la tragédie, Paris, Éditions Gonthier, Médiations, 1964.
Ricœur, Paul, La métaphore vive, Paris, Éditions du Seuil, 1975.
Rigolot, François, « Le poétique et l’analogique », in Sémantique de la poésie, Paris, Éditions du Seuil, 1979. « Essais ».
Rousset, Jean, La littérature de l’âge baroque en France. Circé et le paon, Paris, Librairie José Corti, 1985.
Zimmermann, Marie-Claire, « La voix du locuteur dans la Soledad primera de Luis de Góngora », in Autour des « Solitudes », Anejos de Criticón n° 4, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1995, p. 51-64.
Zumthor, Paul, La mesure du monde, Paris, Seuil, 1993. « Poétique ».
Publiée
2012-09-01
Comment citer
Dumora, F. « L’ île De La Première Solitude De Góngora : Une poétique Du Renouveau ». Savoirs En Prisme, nᵒ 01, septembre 2012, p. 219-42, doi:10.34929/sep.vi01.35.
Rubrique
Articles